slow fashion, fast fashion, mode, blog mode, réduction impact écologique, fashion revolution, rana plaza, ayaliss
Green,  Lifestyle

Slow VS Fast fashion

Vous connaissez le paradoxe de la mode? C’est l’envie de faire du shopping sans avoir à vendre un rein mais d’avoir un mode de vie plus responsable. Je m’explique: depuis quelques temps maintenant, je m’intéresse à la mode éthique. Mais plusieurs facteurs entrent en ligne de compte.

L’éthique

Qu’est ce que l’éthique? Il y a une multitude de définition. Chacun peut en avoir une vision différente car ce qu’elle définit dépend de la conscience morale. C’est bel et bien le cas pour la mode. On peut mettre en avant 3 choses:
1. Les conditions de travail des ouvriers de l’industrie textile
2. La productivité locale, en circuit court
3. L’environnement

Si vous demandez à quelqu’un de définir la mode éthique, vous aurez tout un tas de réponses différentes. Mais ce sont bien souvent ces trois là qui ressortent.

Aujourd’hui on a la possibilité d’acheter à moindre coup, mais à quel prix?

L’industrie de la fast fashion

Celui de la vie humaine, celui de l’environnement. En Europe, 5 millions de tonnes de textile sont mis en vente, sur ces 5 millions, 4 millions seront jetés chaque année.

Les conditions de travail des ouvriers sont pour moi un pilier de la mode éthique. Si vous avez vu The true cost (dispo sur Netflix) et si vous ne l’avez pas vu je vous le conseille fortement. En soi nous n’apprenons rien, mais il nous fait prendre conscience de l’ampleur désastreuses qu’à la fast fashion.
Salaire minimum, on parle dans le reportage d’entre 1 et 3$ par jour. Une exposition quotidienne aux produits chimiques. Des lieux de travail insalubres, on peut évoquer l’effondrement du Rana Plaza au Bangladesh en 2013, provoquant la mort de 1135 personnes.

La production de coton est également un des piliers de l’industrie textile, avec près 25,2 millions de tonnes produits par an. Le problème n’est pas tant la production, mais les moyens utilisés pour en produire autant chaque année. Selon le CNRS il faut 5260 litres d’eau pour produire 1kg de coton. A cela s’ajoute le chlore et autres produits chimiques pour le blanchir et les métaux lourds comme le plomb ou le chrome utilisés pour les teintures qui font des ravages que ce soit sur le corps humain ou l’environnement. Sans parler des pesticides utilisés qualifiés comme “extrêmement dangereux” par l’OMS.

Le paradoxe entre sa propre éthique et la réalité de son budget

Quand j’ai vu ce film, je me suis dit plus jamais je n’entrerai dans un zara, h&m ou autres. Mais finalement, je me rends compte que même si je n’achète pas éthique, je n’ai pas, à mon actif, un budget annuel faramineux. Je dois être aux alentours de 500€/an de budget habillement y compris les accessoires. Cela ne me dédouane en aucun cas bien évidemment, mais je pense que ma façon de consommer est à l’image de mon budget: pas énorme.

J’adorerais consommer de manière éthique. Mais quand aujourd’hui je regarde mon budget annuel et que je regarde le prix d’un top Ekyog par exemple (il y en a d’autres, mais cette marque et celle qui m’attirerait le plus), son coût représente 1/5 de mon budget annuel.
Dans ce cas, comment faire? Ma solution est juste de consommer moins et de consommer uniquement si j’en ai besoin.

Comment parvenir à une consommation plus éthique

J’ai parfaitement conscience que le prix de ces articles est le juste prix. Il y a derrière un énorme travail. Que ce soit le fait de produire en France, donc le coût de la main d’oeuvre qu’au niveau du choix des matières premières ou des accessoires utilisés. La mode éthique est vraisemblablement l’avenir en matière d’environnement, mais peut créer un sentiment de frustration pour celles et ceux qui n’ont pas les moyens de débourser 200€ dans un pull en hiver.

Alors tout est une question de budget. Tout foyer consomme différemment et surtout, chacun dépense son argent comme il le veut. Cependant, il est important de prendre en compte, je reviens sur mon exemple du pull à 200€, que cette somme peut représenter l’équivalent d’un mois de courses dans certains foyer. Il est donc important de ne pas juger la façon de consommer d’autrui.

Aujourd’hui même si je n’ai pas un budget de folie, je vais essayer de changer ma façon de consommer: moins et de meilleure qualité. Alors peut être que je n’aurais pas les moyens de mettre 200€ dans un pull, mais j’essayerais de compenser sur les autres pièces que je pourrais acquérir à l’avenir.

Et vous, quel est votre mode de consommation? Quels sont vos critères lorsque vous achetez de nouvelles pièces?

Ayaliss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *